Extrait de l’article publié sur Harvard Business Review France le 11/3/19, à lire en entier ici.

« Malgré la quantité de données à leur disposition et leur volonté de satisfaire leurs clients, peu d’entreprises savent les utiliser à bon escient.

En résumé, pour bien appréhender le problème du client, il est nécessaire de considérer à la fois les retours qualitatifs, les signaux faibles issus de l’environnement externe et les analyses quantitatives issues des données internes de l’entreprise. Pour les organisations, cette approche se traduit par quatre implications.

1. Il est indispensable de faciliter la remontée d’informations qualitatives.

2. Des mécanismes doivent exister pour encourager la collecte et la prise en compte des signaux faibles.

3. Les équipes analytiques doivent travailler de concert avec les équipes en charge des études.

4. Les dirigeants doivent trouver le bon équilibre entre données et intuition.

5. Le suivi de la performance doit se limiter à un nombre restreint d’indicateurs.